Dette publique de la France : euros

Nouveau !

tuile_telephones_1.jpg

Actualités

Amazon dévoile par erreur Watch Dogs 3, Ubisoft confirme

Hier, Amazon UK a publié par inadvertance la fiche produit d'un jeu appelé Watch Dogs Legion. La rumeur a aussitôt enflé. Ubisoft a confirmé le jeu.

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Keanu Reeves pourrait rejoindre le casting de The Eternals de Marvel

Bien qu’il fasse rarement la Une de la presse people, Keanu Reeves n’en est pas moins un acteur très occupé. Une source du site MCU Cosmic affirme que l’interprète de Néo/John Wick est actuellement en négociations avec les studios et pourrait rejoindre Angelina Jolie au casting de The Eternals. >>> John Wick fait un petit tour […]

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

PrestaShop et la fin du support des versions obsolètes de PHP

PHP 5.6 a bénéficié d'une longue période de support. Mais depuis mai 2019, PHP est revenu à un cycle de vie plus court d'une durée de trois ans, consistant en une nouvelle version mineure chaque année, avec deux ans d'assistance active et un an de correctifs de sécurité uniquement. Avec pour conséquence que la communauté PHP adopte les nouvelles versions et supprime la compatibilité avec les anciennes versions plus rapidement.

Cette situation a un impact important sur les CMS écrits en PHP. Par exemple WordPress, qui traditionnellement supportait de très vielles versions de PHP demande désormais un PHP 5.6 et demandera très bientôt un PHP 7.

Pour le CMS PrestaShop, qui est construit avec le framework Symfony, la situation est assez compliquée. Par exemple PrestaShop 1.7.6 prend en charge toutes les versions de PHP de 5.6 à 7.2, mais pas la dernière version 7.3. Pourquoi pas ? Parce que les changements introduits dans PHP 7.3 provoquent des problèmes de compatibilité avec des bibliothèques dont dépend PrestaShop, notamment la bibliothèque Doctrine.

Comment les choses vont elles évoluer au fil du temps ?  L'équipe de PrestaShop a défini des règles comme ceci pour établir une page de compatibilité :

Limite inférieure - Définie par la version la plus récente parmi:

  • La plus ancienne version de PHP supportée par nos principales dépendances,
  • La version la plus ancienne de PHP dont le support officiel n’est pas terminé ou n’est pas terminé depuis plus d’un an au moment de la publication de la version finale de la version PrestaShop.

Limite supérieure - Définie par la version la plus ancienne parmi:

  • La dernière version stable de PHP disponible au moment du gel des fonctionnalités de la version de PrestaShop,
  • La dernière version de PHP supportée par nos principales dépendances (quelle que soit la plus basse).

Un billet sur le blog de PrestaShop explique tout cela en détail, et donne une conclusion pour PrestaShop 1.7.7 : Cela signifie que PrestaShop 1.7.7 sera probablement compatible de PHP 7.1 à PHP 7.3.

L'équipe de PrestaShop indique que la discussion reste toutefois ouverte sur GitHub, tout en recommandant aux développeurs de modules de commencer à tester que ceux-ci se comportent bien avec PHP 7.3.

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Sortie de PHP 7.3.6

PHP 7.3.6 est sorti le 30 mai dernier. Il s'agit d'une version mineure qui corrige des bugs importants car certains d'entre eux pouvaient avoir uene répercussion sur la sécurité. Notamment :

  • Un débordement de tampon avec dans l'extension Exif pour travailler avec les métadonnées des images.
  • Un dépassement de limites d'entiers  avec Iconv
  • Une réutilisation de mémoire après libération (use after free) dans JSON
  • Une faute de segmentation dans SOAP
  • Et aussi le non respect des restrictions open_basedir dans SQLite.
Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Sortie de Laravel 5.8.18

Laravel est un framework web open-source écrit en PHP, avec une architecture modèle-vue-contrôleur et entièrement développé en programmation orientée objet. Laravel fournit notamment un mécanisme de routage de requête, un mapping objet-relationnel, un système d'authentification, un système de migration de base de données, une gestion des exceptions et des fonctionnalités de test unitaire. Les responsables du projet définissent Laravel comme 'The PHP Framework For Web Artisans', le framework des artisans du web, qui aiment le beau code. Laravel vient de sortir en version 5.8.18.

A remarquer notamment dans Laravel 5.8.18 l'arrivée de HTML en tant qu'option d'extension valide pour les vues. Grâce à cela, vous pouvez passer un chemin d'accès à un fichier HTML qui ne sera pas compilé mais restitué tel quel.

A remarquer encore la possibilité de déclarer un rappel de notification (Notification callback) à un message Swift, ce qui offre au développeur un accès direct au message avant son envoi :

$message = new MailMessage();
$message->withSwiftMessage(function ($message) {
    // ....
});

Laravel est un logiciel libre sous licence MIT, disponible sur GitHub. Pour fonctionner, il nécessite PHP 7.1.3 au minimum. Le PHP doit être compilé au minimum avec le support de ces extensions : OpenSSL, PDO, Mbstring, Tokenizer, XML, Ctype, JSON et BCMath.

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Le support de Python 2.x prendra fin le 1er janvier 2020

Il aura eu longue vie, en raison du très grand nombre de projets qui s'appuient sur lui. Mais tout à une fin, et pour Python 2.x celle-ci fin est planifiée officiellement pour le premier janvier 2020.

Pour l'équipe de Python, il est désormais trop contraignant de maintenir les branches 2.x et 3.x en parallèle.

Il faut désormais s'attendre à ce que les projets qui utilisent Python 2.7, dernière mouture de la branche 2.x soit rapidement mis à niveau vers Python 3.x.

Il est très vivement recommandé aux développeurs qui n'auraient pas encore franchi le pas de se mettre à Python 3.x.

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

LG commercialise le premier TV Oled 8K au monde

LG commercialise le modèle 88Z9, son téléviseur Oled 8K de 88 pouces. Selon les précisions fournies par le constructeur, l’écran comporte plus de 33 millions de pixels. Le rendu des couleurs et le niveau de contraste atteignent alors un niveau inédit.Le dispositif propose une résolution de 8K Ultra HD (7680 x 4320). A titre de […]

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Freebox Delta : une antenne Femtocell pour booster la réception 4G ?

Contrairement à la Freebox Revolution et la Mini 4K, la dernière box Internet de Free, la Freebox Delta, n’est pas compatible avec la Femtocell. L’absence de cette antenne a déçu de nombreuses personnes, surtout celles souffrant d’une mauvaise réception mobile à la maison. L’opérateur pourrait corriger ce problème lors des prochaines mises à jour. Un développeur a […]

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Firefox protège la navigation en bloquant par défaut les cookies tiers

Le navigateur de Mozilla bloque désormais les cookies qui permettent aux annonceurs et aux éditeurs de pister les internautes.

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Dark Phoenix : la Geek Critique du dernier X-Men (et il était temps que ça s’arrête)

Après avoir vu 30 minutes du film en mai dernier, nous avons enfin découvert l'intégralité de X-Men Dark Phoenix. Et le résultat est pour le moins décevant.

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Microsoft se lance dans le gel douche avec Xbox Lynx

Selon un article publié par GameSpot, Xbox souhaiterait se lancer dans les produits d’hygiène personnelle. La compagnie se serait associée à Axe (Lynx dans certaines parties du monde) pour créer une gamme de gels douche et de déodorants. À en croire la compagnie, ces derniers seront parfumés aux accents « vibrants d’agrumes verts, avec des […]

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Comment protéger votre réseau WiFi ?

Débit plus lent ? Trop d'appareils connectés sur votre réseau ? Méfiez-vous !

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Netflix va produire une série animée Jurassic Park

La franchise Jurassic Park continue de s’agrandir, puisque selon The Verge, une nouvelle série animée appelée « Jurassic Park : Camp Cretaceous » devrait être diffusée dès l’année prochaine sur Netflix. >>> Un hommage complètement dément à Jurassic Park L’action se déroulera à nouveau sur Isla Nublar, une île fictive à l’ouest du Costa Rica, qui […]

Publié il y a 2 semaines 6 jours Lire la suite...

Réduction du stock : Amazon dément, les vendeurs ont peur

Amazon voudrait faire des économies. Il viserait les produits vendus sur son marketplace et laissés en dépôt dans ses entrepôts.

Publié il y a 3 semaines 1 heure Lire la suite...

Alexa pour les startups : le futur du vocal à Station F

Amazon proposera le 20 juin prochain à partir de 17h30 une session à Station F autour de la voix, des assistants et naturellement avec un focus sur Alexa, la technologie vocale maison. 

Quels usages ? Quelles expériences ? Une occasion pour les développeurs de découvrir le SDK dédié et comment on code une skie. 

L’atelier pourra se faire en Anglais ou en Français…

Inscription : https://alexaskillsatstationf.splashthat.com

François Tonic

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 1 heure Lire la suite...

Microsoft aurait dévoilé Centaurus, une Surface à double écran

On pensait que Microsoft travaillait sur Andromeda, un smartphone à 2 écrans. Mais avec Centaurus, la société a visiblement opté pour un format plus grand.

Publié il y a 3 semaines 2 heures Lire la suite...

PostgreSQL 12 bêta

Le groupe de développement global de PostgreSQL vient d'annoncer la première version bêta de PostgreSQL 12 et encourage tous les utilisateurs à en tester les nouvelles fonctionnalités, de façon à aider à éliminer les bogues ou autres problèmes pouvant exister.

La note de version de PostgreSQL est très volumineuse. Mais dans son annonce, l'équipe met surtout en avant des améliorations notables de performances. Notamment :

PostgreSQL 12 améliore les performances globales des index B-tree standard, ainsi que la gestion de l'espace de ces index. Ces améliorations permettent également de réduire la taille de l'index pour les index B-tree fréquemment modifiés, en plus d'un gain de performances.

De plus, PostgreSQL 12 ajoute la possibilité de reconstruire les index simultanément, ce qui vous permet d’effectuer une opération de reconstruction d'index (REINDEX) sans bloquer les écritures sur l’index. Cette fonctionnalité devrait vous aider avec les reconstructions d'index longues qui pourraient causer des temps d'arrêt lors de la gestion d'une base de données PostgreSQL dans un environnement de production.

A remarquer encore, toujours au niveau des performances : PostgreSQL 12 améliore les performances lors du traitement de tables avec des milliers de partitions pour des opérations nécessitant uniquement l'utilisation d'un petit nombre de partitions.

Le code source de ProsgresSQL 12 bêta peut être téléchargé ici.

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 3 heures Lire la suite...

iOS 13 : les principales nouveautés et la liste des iphone compatibles

Comme prévu, Apple a dévoilé iOS 13, la dernière version de son système d'exploitation mobile, lors de sa conférence WWDC 2019. Dark Mode, Swype, interface plus rapide... on fait le point sur les nouveautés et les appareils qui en profiteront.

Publié il y a 3 semaines 3 heures Lire la suite...

Les feux de circulation sauront bientôt quand vous voulez traverser

Des chercheurs autrichiens ont développé un système de feux tricolores capables de détecter quand les piétons ont l’intention de traverser.

Publié il y a 3 semaines 3 heures Lire la suite...

Le bot, nouvel acteur de la recommandation produit dans l'e-commerce

L’augmentation des coûts et la concurrence impactent la rentabilité des sites e-commerce qui sont plus de 180 000 actifs en France ! (...)

Publié il y a 3 semaines 3 heures Lire la suite...

OpenR&Day 2019 : le rendez-vous des développeurs internationaux

Initié en 2016 par Oodrive, l’Open R&Day est un rendez-vous unique dédié à l’innovation française et à ceux qui la font. Destiné à tous les développeurs ou futurs développeurs, il fait la part belle à l’échange et au partage d’expérience.

« L’Open R&Day représente une magnifique opportunité pour les développeurs d’accéder à des retours d’expérience d’acteurs français reconnus dans leur domaine et qui leur donnent accès aux secrets de fabrication de leurs solutions innovantes. Il s’agit ainsi d’aborder de façon concrète et technique les bonnes pratiques autant que les problématiques dans le cadre d’un développement, mais aussi d’inspirer les participants. Cette intelligence collective profite à tout notre écosystème et favorise l’émergence d’une FrenchTech toujours plus ambitieuse. L’Open R&Day prouve également que les champions du dev ne sont pas nécessairement aux États-Unis ou en Chine et que la France regorge de talents, à la pointe dans leur domaine. Cette journée ouvre l’esprit de nos collaborateurs et de tous les participants à d’autres technologies et méthodologies qui pourront leur être utiles par la suite dans l’exercice de leur fonction », souligne Jason De Oliveira, CTO d’Oodrive.

Lors de cette journée, les développeurs de ces championnes de la French Tech déclineront les bonnes pratiques et solutions innovantes développées au sein de leur organisation et présentées sous forme de cas concrets. Les conférences techniques se succéderont tout au long de la journée en alternance avec des moments plus informels de rencontres et de networking.

Parmi les principaux sujets qui seront traités cette année : les API, l’Open Source, les applications décentralisées sur la blockchain ou encore l’UX design.

Une journée inspirante

L’Open R&Day se veut aussi un rendez-vous qui ouvre l’esprit. Dans ce cadre, elle accueille cette année deux speakers inspirants venus aborder des thématiques majeures de l’écosystème du développement informatique. Tout d’abord, la Présidente de l’association Women in Tech, Ayumi Moore Aoki, prendra la parole pour évoquer le sujet sensible du manque de développeuses et évoquer les actions mises en place pour inverser la tendance. Puis, un autre invité de marque en la personne de Jean-Baptiste Kempf, Président de VideoLan et l’un des principaux développeurs de la solution VLC, offrira aux participants un retour d’expérience particulièrement intéressant sur l’open source et la communauté VLC.

Un événement ouvert à tous

L’Open R&Day s’inscrit dans le réel et a pour ambition de donner accès à la connaissance à l’ensemble des développeurs français. Pour la 2e année consécutive, ce rendez-vous sera donc ouvert au public, sur simple inscription, moyennant une participation de 50 €.

Infos Pratiques

Open R&Day
Quand ? Le 12 juin 2019
Où ? Théâtre des variétés
7 boulevard Montmartre
75 002 Paris
Horaires : de 9 h à 18 h 30 

Pour connaître le détail du programme de l’Open R&Day 2019 et s'inscrire : www.openrday.oodrive.fr

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 3 heures Lire la suite...

Avec macOS Catalina Apple abandonne Bash

macOS Catalina est la 16ème version majeure de macOS. macOS Catalina succède à macOS Mojave et a été annoncé par Apple le 3 juin lors que la conférence développeur WWDC 2019.

macOS Catalina est la première version de macOS à ne supporter que les applications 64 bits. Et ce n'est pas le seul changement que les développeurs remarqueront d'entrée de jeu. En effet Apple abandonne le très classique shell Bash, pour Bourne-Again shell.

C'est désormais Zsh, ou Z shell qui sera le shell par défaut de macOS. Zsh est un shell peu utilisé par les administrateurs système UNIX purs et durs. Sans doute à cause du poids des habitudes et de la tradition. Et aussi en raison du souci de compatibilité des scripts shell d'un système à l'autre.

En revanche Zsh est un shell très prisé des développeurs, notamment en raison de son mécanisme d'achèvement de commandes, sa correction des fautes de frappes et son système de modules qui permet de lui ajouter des fonctions. Traditionnellement toujours, les développeurs utilisent volontiers Zsh en tant que ligne de commande interactive et sont souvent moins concernés par la compatibilité des scripts. La compatibilité entre Zsh et Bash est toutefois très bonne. Utilisé en ligne de commande interactive, un des avantages de Zsh est qu'il permet de naviguer avec les flèches du clavier dans la liste des fichiers listés.

Zsh n'arrivera sur votre Mac qu'après après une installation 'propre' de macOS Catalina. Après une simple mise à niveau depuis macOS Mojave, Bash reste le shell par défaut, mais en bon administrateur, vous pouvez passer changer votre Shell avec cette commande : chsh -s /bin/zsh

Apple a publié un petit billet technique à l'intention des utilisateurs, pour les aider dans leur transition de Bash à Zsh.

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 4 heures Lire la suite...

Netflix rediffusera peut-être des films Disney… en 2026 !

Selon Bloomberg, les contrats signés par Disney et Netflix à ses débuts seraient très bénéfiques au désormais géant du streaming.

Publié il y a 3 semaines 4 heures Lire la suite...

[Promo] Le notebook HP Omen 15-dc0048nf à 714 €

Darty commercialise actuellement cet ordinateur portale gamer d'entrée de gamme pour 764,15 € (au lieu de 899 €). Et comme HP rembourse 50 € sur cette configuration, le prix final n'est que de 714,15 €.

Publié il y a 3 semaines 5 heures Lire la suite...

Kingrow K1 : un écran E-ink sur un téléphone

Encore un projet de smartphone ? Kingrow K1 est un smartphone comme il en existe beaucoup. Mais les concepteurs ont voulu trouver autre chose et mettre en avant la santé des yeux et notamment la fatigue oculaire. Pour réaliser cette promesse, les développeurs utilisent un écran E-ink. Le E-ink est une technologie d’encre électronique qui a l’avantage d’être très bonne pour le confort visuel avec une consommation énergétique faible. Sur un smartphone classique, les écrans LCD épuisent les batteries. L’OLED est plus modérée. Mais rien n’égale l’e-ink. 

L’écran reçoit aussi un traitement pour éviter les reflets et avoir un écran encore plus lisible. C’est un des défauts des liseuses. Le projet annonce 400 heures de batterie et 20 heures en usage. La batterie fait 3100 mAh. L’écran aide grandement. On disposera d’un port USB-C standard, d’une double SIM et Android 8.1. Il utilise un processeur MTK6763 8 coeurs et 2 Go de mémoire. 

L’object de financement a été largement atteint : 1260 % et 63 000 $ récoltés ! Joli score. Le prix de base est de 299 $

La livraison des premières unités est attendue pour août / septembre. 

François Tonic

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 6 heures Lire la suite...

Tarantino prépare un crossover entre Django et Zorro

Quentin Tarantino travaillerait sur une adaptation cinématographique de sa bande-dessinée Django/Zorro, crossover réunissant les deux héros.

Publié il y a 3 semaines 6 heures Lire la suite...

[Promo] Le Samsung Galaxy A40 + coque de protection à 259 €

Avec ce bon plan de la Fnac, vous pouvez acquérir ce smartphone Samsung, accompagné d'une coque de protection transparente et d'une protection d'écran, pour 259 € (au lieu de 299 € en temps normal).

Publié il y a 3 semaines 6 heures Lire la suite...

WWDC 2019 : nouveaux frameworks, nouveaux systèmes, nouveau Mac Pro

La dernière grande conférence développeur de la saison se tient cette semaine sur la côte  ouest des Etats-Unis. La WWDC accueille plusieurs milliers de développeurs utilisant les OS et les matériels Apple. Le cru 2019 de la keynote a été globalement à la hauteur des attentes : beaucoup de nouveautés sur les différents systèmes, pas mal de choses pour les développeurs et enfin, le nouveau Mac Pro. 

SwiftUI & Catalyst

Apple aime surprendre les développeurs en fin de keynote. 2019 ne change pas cette règle immuable depuis Steve Jobs. Après Swift, c’est au tour de SwiftUI de faire son apparition. Ce framework doit fournir une structure complète pour construire les interfaces utilisateurs en Swift ! Le grand principe est simple : faire du déclaratif. Cela permet de simplifier le code et de réduire le temps de développement. SwiftUI unifie en réalité les frameworks actuels : AppKit et UIKit. Ce qui change tout pour le développeur en simplifiant la structure des apps et donc du développement. En effet, on dispose d’un unique ensemble pour les développeurs les interfaces.   

Il fonctionne, pour le moment, sur iOS, tvOS, macOS et watchOS. On pourra créer de vrais apps natives pour les montres. Notons que les apps watchOS seront totalement indépendantes de l’iPhone. Et un store Apple Watch sera disponible et sans être obligé d’utiliser son iPhone. 

Le fameux projet Marzipan existe toujours mais désormais son nom de code officiel est Project Catalyst. L’objectif est de rapprocher les apps iPad vers macOS et donc d’unifier les plateformes. Durant la présentation, Apple promet que le « portage » se fera très simplement avec un minimum d’effort. Cela signifie que les apps iPad pourront être disponibles sur macOS. Reste à voir comment Apple va mener ce projet et la logique derrière notamment sur la partie modèle économique. Et sur ce qui sera effectivement disponible (API, frameworks, librairies) pour réaliser cette (re)compilation.

Bien entendu, XCode sera notre ami.

En tout cas, Apple avance sur ce vaste chantier qui est sans nul doute stratégique pour la Pomme. Mais que cache réellement ce projet ? Voilà toute la question, et les réponses ne devraient pas arriver avant plusieurs mois, voire, seulement en 2020…

Sur la partie réalité augmentée, Apple travaille toujours dessus. ARKit reçoit une nouvelle fonction : RealityKit. Il permettra d’ajouter des effets photoréalistes dans des vues augmentées. On dispose d’un éditeur dédié et d’une API. Cette nouvelle version gère aussi les personnes et les objets vont en tenir compte. Petit surprise : Minecraft Earth utilise ARKit pour la version iOS. 

Autre petit surprise, les développeurs pourront aussi proposer aux utilisateurs de s’authentifier avec leur compte Apple, en plus de Google et Facebook. Une API sera disponible. Le petit plus sera la possibilité de masquer sa véritable adresse mail en générant une adresse mail unique à l’instant T (et renvoyant bien entendu à son compte). D’autre part, Apple propose aux développeurs une nouvelle app, SF Symbols, contenant 1000 symboles utilisables avec la police de caractères système San Francisco.

iPadOS : une nouvelle version d’iOS dédié aux tablettes

C’était un peu l’enfant bancal des matériels i d’Apple. Les iPad fonctionnaient avec iOS et quelques fonctions dédiées mais sans aller au-delà. Apple a enfin près la décision de dédier une version spécifique du système à la tablette pour pouvoir offrir des fonctions beaucoup plus avancées proche d’un desktop classique. Ce n’est pas un macOS mais on dispose d’un « bureau » s’inspirant du desktop avec par exemple le copier-coller plus simple, une vue par colonne, meilleure gestion des stockages extes (enfin !). 

Petit plus non négligeable : on pourra utiliser l’iPad comme écran secondaire à son Mac, via la fonction SideCar. 

macOS Catalina : iTunes est (enfin) mort !

iTunes a débuté sa carrière en 2001. Année après année, il a reçu de nombreuses fonctions le rendant de plus en plus illisible. Pour régler tous ces défauts (lenteurs, trop de fonctions, peu intuitif), macOS Catalina va reposer sur 3 apps distincts : Apple Music, Podcasts et Apple TV. Bref, on se recentre autour des contenus. La synchronisation se fera directement depuis le Finder. 

Apple rend le système totalement pilotable à la voix avec Voice Control. Cette fonction sera aussi disponible sur iOS 13.

Mac Pro : après le cylindre, la rape 

Après le fisco du Mac Pro 2013 - dommage car le concept n’était pas aussi bête que cela, - Apple avait promis de tout revoir. La WWDC a été l’occasion de dévoiler le futur Mac Pro qui sortira fin de l’année. 

On reprend le principe de la tour parallélépipède, très modulaire à l’intérieur, avec poignée de transport. Moins imposant que les superbes G5 et Mac Pro qui suivirent, cette machine a des trous partout, ou presque. Le design ne va laisser indifférent. Après, l'avantage de faire une rape, c’est que la ventilation devrait bien se faire. 

L’intérieur est fait pour être extrêmement modulaire : on change les modules, on les rajoute. On pourra même lui ajouter des roulettes pour le déplacer facilement. Le petit côté mesquin d’Apple ressort tout de suite : les dites roulettes sont en option. Globalement, le design nous paraît intéressant… Et tous les composants seront accessibles, ouf !

Et il aura de la ressource : jusqu’à 1,5 To de mémoire vive, jusqu’à 28 cœurs (processeurs Xeon), 8 slots PCI, Ethernet 10 Gb par défaut. Pour les GPU, le slot utilise une combition PCI + connecteur Apple capable de fournir jusqu’à 500W. Les GPU seront comme les autres éléments, des modules à connecter. On pourra utiliser un module spécial pour pouvoir gérer jusqu’à 3 flux 8K (sic !). L’alimentation générale grimpe à 1400W. Il faut ça pour délivrer la puissance attendue. 

A cela se rajoute un superbe écran 32’’ avec le même design. Il affiche du 6K en ultra haute définition avec une résolution de 6016x3384 !  Par contre, là encore on reconnaît bien le côté mesquin de la Pomme, le pied est en option. La connectique est simple : Thunderbolt 3 ! Tu m’étonnes pour pouvoir tenir les flux il faut du costaud. 

On pourra brancher jusqu’à 6 écrans sur le nouveau Mac Pro… enfin, si on peut se les payer. 

Côté tarif, il est à la hauteur des ambitions : 

  • A partir de 5999 $ pour le Mac Pro : mais Apple aurait pu faire un gros effort sur la configuration base (Xeon 8 cœurs, 32 Go RAM, une petite Radeon Pro 580X et un tout petit 256 Go SSD). Reste à voir les tarifs des différents modules
  • Ecran : 4999 $ (+1000 $ pour la version supérieure)
  • Le pied sera vendu 999 $ : un prix totalement exorbitant !

François Tonic

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 6 heures Lire la suite...

Le gouvernement américain va se pencher sur les agissements des GAFA

À en croire un article du NYT, le gouvernement américain s’apprêterait à demander aux institutions garantes de la loi Antitrust d’enquêter sur les agissements des GAFA, nommément Google, Apple, Facebook et Amazon. >>> Guerre Huawei / Google : ce qui risque de changer pour votre téléphone L’opinion publique et les législateurs reprochent à ces compagnies de […]

Publié il y a 3 semaines 7 heures Lire la suite...

Apple lance l’iPadOS, un système d’exploitation dédié à l’iPad

Apple vient d’annoncer l’iPadOS, un système d’exploitation dédié à l’iPad qui l’éloigne de l’iPhone et le rapproche un peu plus d’un ordinateur.

Publié il y a 3 semaines 7 heures Lire la suite...

La compatibilité entre macOS et iOS débutera avec macOS 10.15

Project Catalyst est un outil créé par Apple qui vise à aider les développeurs à créer des applications fonctionnant sur macOS, iOS et iPadOS. La compagnie a fait la démonstration de sa plateforme en faisant tourner les applications Twitter, Asphalt 9 : Legends et Jira Cloud, des applications disponibles sur Mac, iPhone et iPad, sur […]

Publié il y a 3 semaines 8 heures Lire la suite...

Le jeu de cartes Magic : The Gathering arrive en série sur Netflix !

Après Avengers: Endgame, les frère Russo vont produire une série animée Netflix inspirée du célèbre jeu de cartes Magic: the Gathering

Publié il y a 3 semaines 9 heures Lire la suite...

[Promo] La TV Panasonic TX-55FX700 à 480 €

Rue du Commerce baisse de 38% le prix de ce téléviseur 4K Panasonic, dont le prix passe donc de 779,99 € à seulement 479,99 €.

Publié il y a 3 semaines 9 heures Lire la suite...

Windows 10 : le top des trucs et astuces

Pour mieux vous y retrouver avec Windows 10, voici une série de trucs et astuces dédiés exclusivement au nouvel OS de Microsoft. De quoi garder vos repères, tout en profitant à 100% des nombreuses innovations du système d'exploitation.

Publié il y a 3 semaines 10 heures Lire la suite...

Google Stadia : tous les détails seront dévoilés ce jeudi

« Certaines nouvelles ne peuvent pas attendre l’E3 ». C’est sur ces mots que démarre la vidéo publiée par Google sur Twitter. Plutôt que de profiter de l’E3, la grand-messe mondiale du jeu vidéo et des loisirs interactifs, pour dévoiler les détails concernant Stadia, son nouveau service de streaming de jeux, Google a préféré organiser […]

Publié il y a 3 semaines 12 heures Lire la suite...

Panne de serveur : le gouvernement accorde un délai pour la déclaration d’impôts

Selon Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, près de quatre millions d’internautes ont tenté de se connecter à Impots.gouv.fr, la veille de la date limite de déclaration de leurs revenus. Un tel afflux de visiteurs a entraîné un dysfonctionnement des serveurs du site, empêchant les internautes de se connecter et de remplir […]

Publié il y a 3 semaines 13 heures Lire la suite...

C’est confirmé : Robert Pattinson est bien le nouveau Batman

Malgré la levée de boucliers de certains fans de Batman, la Warner Bros a confirmé ce weekend que Robert Pattinson incarnera effectivement Bruce Wayne.

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Vous pourrez bientôt jouer à Cuphead dans votre Tesla

Si Tesla propose déjà des titres Atari sur ses véhicules, c'est Cuphead qui sera disponible dès cet été sur 3 voitures, les Model 3, S et X.

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Orange lance l’eSIM, une carte SIM directement intégrée au téléphone

Orange tient sa promesse. Les clients ont maintenant la possibilité d’activer leur eSIM s’ils possèdent un iPhone compatible.

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Nouveau kit maker 2 cartes

32.99EUR

Cartes :
ESP8266 Wemos D1 mini
ATTiny85

Composants :
shield prototypage wemos
mini breadboard
capteur de gaz MQ2
bouton poussoir
bande led programmable
écran OLED 0,92’'
micro servomoteur SG90
Relais
capteur GY-521 (gyroscope + accéléromètre)
capteur d’humidité

+ en cadeau : une clé USB Programmez!

Livré sans documentation

Photo non contractuelle. 

Prix : 29,99 €

Port:
3 € (France et Europe)
Hors Europe : 5 €

Offre valable dans la limite des quantités disponibles. Quantité très limitée.



Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Sortie de Apache Storm 2.0, réécrit en Java pour de meilleures performances et mieux attirer les contributeurs

Apache Storm est un framework de calcul de traitement de flux distribué. Créé à l'origine par Nathan Marz et l'équipe de BackType. Le projet a été rendu open source après avoir été acquis par Twitter.  Apache Storm utilise des "spouts" (becs) et des "bolts" (boulons) créés sur mesure pour définir les sources d'informations et les manipulations permettant un traitement par lots et distribué des données en continu. Une application Storm est conçue comme une "topologie" sous la forme d'un graphe acyclique dirigé (DAG) avec des spouts et des bolts faisant office de sommets du graphe. (Wikipedia)

Apache Strom 2.0 est bien entendu une version majeure, avec notamment une nouvelle API Streams.

Mais Apache Storm 2.0 se fait avant tout remarquer par une réécriture complète. En effet, à l'origine, Apache Storm était écrit en langage Clojure. Pour mémoire, Clojure est un dialecte de LISP conçu pour la JVM. Le compilateur Clojure est avant tout un transpileur, qui transpile le code Clojure en bytecode Java. (Il est aussi possible de transpiler du code Clojure sur vers .NET et JavaScript)

Les responsables du projet expliquent ce qui les a motivés à réécrire Apache Storm en Java pur : Dans les versions précédentes, une grande partie de la fonctionnalité principale de Storm était implémentée dans Clojure. Storm 2.0.0 a été revérifié avec ses fonctionnalités principales implémentées en Java pur. La nouvelle implémentation basée sur Java a considérablement amélioré les performances et rendu les API internes de Storm plus faciles à gérer et à développer. La mise en œuvre de Storm par Clojure a bien fonctionné pendant de nombreuses années, mais cela a souvent été cité comme un obstacle à l'entrée de nouveaux contributeurs. La base de code de Storm est maintenant plus accessible aux développeurs qui ne veulent pas apprendre Clojure pour pouvoir contribuer.

Apache Storm est un logiciel libre sous licence Apache 2.0, et peut être téléchargé ici.

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Le parc du Studio Ghibli (Le Voyage de Chihiro) ouvrira en 2022

Le parc à thème du Studio Ghibli sera construit à Nagoya, une ville située au cœur du Japon. La préfecture d’Aichi contribuera au projet.

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Coherence : un nouvel outil centré sur le développement de jeux en ligne

Coherence est une plateforme de développement ouverte, basée sur le cloud, qui entend démocratiser la création de jeux en ligne et permettre aux équipes de toute taille de produire des univers connectés aux possibilités infinies, quelle que soit leur ampleur. Ce projet ambitieux est imaginé et conçu par des vétérans de l’industrie ayant officié chez DICE, Unity ou encore Playdead.

La plateforme Coherence offrira des plugins pour les principaux moteurs, en commençant par Unity. Elle permettra aux développeurs de tout calibre de créer des expériences connectées persistantes complètes en se concentrant sur le gameplay plutôt que sur l’architecture réseau. Un maximum de performance et une expérience optimale pour les développeurs sont au cœur de ses préoccupations.

Coherence est au confluent de l’entrepreneuriat et de la technologie, ses créateurs ayant œuvré sur des productions ayant touché des millions d’utilisateurs et de joueurs à travers le monde comme son CEO Dino Patti, entrepreneur et co-fondateur des studios indépendants Playdead (Limbo, Inside) et Jumpship (Sommerville) ou encore son CTO Peter Björklund, développeur expérimenté et architecte réseau derrière les productions Frostbite de DICE (Battlefield, Star Wars Battlefront, FIFA et Madden). Le co-fondateur, membre du conseil et ancien CEO de Unity, David Helgason, a également rejoint l’aventure en tant que conseiller principal.

« Aujourd’hui, il est vraiment difficile de créer des interactions en temps réel dans les jeux » déclare le CEO de Coherence, Dino Patti. « Y a-t-il un moyen de combiner la qualité de l’expérience solo avec la richesse sociale des jeux multijoueur ? La lourdeur des technologies réseau ne devrait pas limiter la créativité, ni la possibilité de connecter les gens entre eux. Notre ambition est d’aplanir les règles du jeu au sein de l’industrie du jeu vidéo en offrant une plateforme facile à utiliser, construite sur un noyau ultrarapide et centrée sur l’open-source.

Démocratiser la création de jeux connectés est une opportunité extraordinaire que je me réjouis de saisir. Je pense que permettre à tout le monde de faire du multijoueur à grande échelle, c’est ouvrir la porte à une nouvelle vague d’expériences en ligne encore jamais vues auparavant. Je suis particulièrement enthousiasmé par ce que nous sommes en train de concevoir, et mon rêve pour Coherence est de soutenir des jeux multijoueur aussi captivant émotionnellement que les expériences solo sur lesquelles j’ai travaillé par le passé. »

Coherence sortira début 2020, après des phases d’Alpha et de Beta tout au long de cette année. Les développeurs peuvent s’inscrire sur le site officiel pour obtenir toutes les informations sur ce projet : www.coherence.io

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Inauguration supercalcultateur Joliot-Curie - jusqu'à 22 pétaflops en 2020

Un an après sa mise en service en juin 2018, GENCI et le CEA inaugurent ce jour, avec l’industriel Atos, le supercalculateur Joliot-Curie. Les partenaires annoncent aux chercheurs non seulement le doublement de sa puissance de calcul à 22 pétaflops en 2020 mais également des services complémentaires grâce à l’intégration de technologies d’analyse et de visualisation des données. L’accès à ces nouveaux outils dont certains issus de l’intelligence artificielle pour la mise en oeuvre de réseaux de neurones profonds, ou à des ressources virtualisées a déjà commencé à être mis en oeuvre et va s’amplifier. Joliot-Curie représente ainsi un investissement stratégique global de plus de 100 millions d’euros. Conçu par Atos à Angers cette machine permet en outre à la France et plus largement à l’Europe de renforcer sa position de leader dans la course mondiale au supercalcul.

Le supercalculateur Joliot-Curie, basé sur l’architecture BullSequana d’Atos, a une puissance crête de 9,4 pétaflops, soit une capacité de calcul multipliée par 4,5 par rapport à son prédécesseur, Curie, avec une réduction de la consommation électrique proche d’un facteur deux.

Joliot-Curie est le troisième supercalculateur français dans le Top500 en terme de puissance, derrière Tera 1000-2 et Pangea. Équivalent à plus de 75 000 ordinateurs de bureau, sa puissance permettra aux chercheurs un accompagnement dans tous les usages nécessitant d’importants volumes de calcul et de traitement de données. La capacité de mémoire vive de ce superordinateur est tout aussi exceptionnelle avec 400 téraoctets. Un système de stockage de données de 5 pétaoctets disposant d’une bande passante de 300 Go/s, des services de visualisation distante des données, de virtualisation viennent compléter le supercalculateur.

La puissance de calcul de Joliot-Curie sera plus que doublée en 2020. En effet, elle atteindra 22 pétaflops, soit 22 millions de milliards d'opérations par seconde, devenant ainsi le troisième calculateur le plus puissant d’Europe dédié à la recherche et le premier en France. Cette montée en puissance du supercalculateur Joliot-Curie s’inscrit dans la compétition internationale vers l’exascale, à savoir une puissance de calcul d’un milliard de milliards d’opérations par seconde, qui représente un enjeu stratégique pour la compétitivité des acteurs de l’économie numérique.

Avec l’investissement réalisé par GENCI, société civile dont les parts sont détenues par l’État, via le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le CEA, le CNRS, les universités et Inria, Joliot-Curie permet également à la France de répondre à ses engagements en matière de puissance de calcul mise à disposition des chercheurs Européens dans le cadre de l’infrastructure européenne de calcul PRACE.

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: 

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Oppo et Xiaomi dévoilent des capteurs à selfie sous l’écran

Les deux constructeurs Oppo et Xiaomi effectuent un pas supplémentaire vers un smartphone dont l’écran remplit toute la façade.

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

NoteBook 7 : deux nouveaux PC portables chez Samsung

Samsung annonce la sortie de deux nouveaux modèles dans la gamme Notebook : le Notebook 7 et le Notebook 7 Force. >>> Ordinateurs portables : les meilleurs modèles par marque Si leur design fait indubitablement penser à celui des MacBook Pro, les nouveaux Notebook sont également richement dotés. Ainsi, le Notebook 7 sera proposé en 13 […]

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

La sécurité des API : un défi grandissant pour les entreprises

Les API, ces interfaces logiciels qui permettent de connecter entre elles des applications, existent depuis de longues années. Mais elles suscitent aujourd’hui un véritable engouement dans la nouvelle économie digitale, car elles jouent un rôle d’accélérateur de croissance pour toujours plus d’entreprises.

Concrètement, les API facilitent l’intégration et la connexion entre eux d’individus, de sites web, de systèmes, de services, de produits, de données, d’objets ou de traitements logiciels. Et permettent ainsi aux entreprises, grandes ou petites, d’innover, d’accélérer la mise sur le marché de nouveaux produits et services, de créer de nouvelles sources de revenus, d’améliorer l’expérience client ou le partage de données et autres ressources.

L’écosystème de ces API, que l’on appelle l’économie des API, est déjà évaluée selon plusieurs sources à plusieurs milliers de milliards de $. Un autre rapport révèle même que plus d’un tiers des entreprises génèrent au moins 25% de leur chiffre d’affaires grâce à leurs API.

Mais toute médaille a son revers. Car les API sont aussi de nouveaux points d’entrée vers les données les plus sensibles des entreprises, et les compromettre permet à des hackers ou des botnets de voler et manipuler des informations critiques. Les attaques les plus récentes ciblant les API comprennent des campagnes de ‘credential stuffing’ sur des systèmes de connexion, des botnets récupérant des données ou interrompant des services API via des attaques DDoS de couche 7, des hackers utilisant des cookies, tokens ou clés API volés pour accéder aux API et prendre le contrôle de comptes pour voler des informations sensibles. Ces attaques peuvent avoir des conséquences d’autant plus graves qu’elles ne peuvent être identifiées par les solutions de sécurité généralement mises en place pour traiter les menaces au niveau applicatif, et prennent souvent de longs mois avant d’être détectées.

Afin d’évaluer leur degré de vulnérabilité à ces nouvelles menaces, les entreprises doivent se poser les questions suivantes :

  • Connaissent-elles toutes les API utilisées dans leur organisation ?
  • Peuvent-elles suivre le trafic vers chacune des API en question ?
  • Peuvent-elles détecter un comportement anormal pour chacune d’entre elles ?
  • Peuvent-elles détecter des attaques provenant de l’extérieur sur des données et des applications accessibles via ces API ?
  • Connaissent-elles quels utilisateurs se connectent sur chacune des API ?

Si la réponse est non à l’une de ces questions, elles doivent mettre en place une stratégie efficace de sécurité des API, qui s’appuie sur leurs politiques de sécurité existantes dédiées aux applications web, mais complétée par des mesures spécifiques conçues pour détecter et stopper les menaces visant les API. Cette stratégie doit être basée sur quatre règles de base.

1 - Dresser un inventaire précis des API utilisées

Difficile de protéger ce que l’on ignore. Un frein majeur à la mise en place d’une stratégie complète de sécurité des API par les entreprises est le manque de visibilité sur les API qu’elles détiennent. Lors d’une récente étude, 51% des responsables de la sécurité interrogés ont déclaré ne pas être sûrs de connaître toutes les API utilisées dans leur organisation. Ce problème est encore accentué par le fait que le nombre des API utilisées s’accroît rapidement, ce qui accroît d’autant le risque qu’une API non identifiée soit compromise. Pire encore, lorsqu’une API est rendue obsolète (deprecated dans le jargon des développeur), celle-ci court le risque d’être encore accessible et ainsi une porte d’entrée dérobée pour exposer l’entreprise à des fuites.

Les entreprises ont donc tout intérêt à commencer par utiliser des outils capables de contrôler le trafic pour identifier toutes les API, afin qu’elles soient connues des équipes de sécurité.

2 - Surveiller le comportement des API en permanence

Surveiller individuellement chaque API permettra à l’entreprise de comprendre les détails de l’activité qui la concerne, dont : qui l’accède ; combien de fois l’API est appelée pendant une période donnée ; son comportement est-il normal ou non.

Le dernier paramètre est essentiel car l’entreprise devra être capable d’identifier si un comportement est normal ou anormal. Ceci suppose de disposer d’un historique de trafic API par API, car ce qui est considéré comme normal pour une API peut ne pas l’être pour une autre. Par exemple, alors qu’une API pourra normalement être appelée 100 fois par minute, ce même comportement pourra indiquer une attaque DDoS pour une autre.

La non détection du comportement anormal d’une API pourra suffire à permettre à un hacker d’étendre sa pénétration au sein du réseau avant que l’entreprise ne réalise qu’elle a subi une intrusion.

3 - Sécuriser toutes les API, internes et externes

Les entreprises peuvent faire appel à plus de 20.000 API exposées de manière publique pour intégrer applications et données avec des tiers. Toutefois, le trafic généré par ces API peut ne représenter qu’une très faible partie du trafic total des API de l’entreprise. Le reste est généré par les centaines de milliers d’API qui ont été développés exclusivement pour un usage interne à l’entreprise.

Même si la grande majorité des API sont uniquement à usage interne, cela ne diminue pas le risque potentiel qu’elles génèrent pour une entreprise. En effet, toutes les API peuvent potentiellement devenir des vecteurs d’attaque, qu’elles soient publiques, privées, en accès dédié à des partenaires, en développement, de test, etc. Il est donc essentiel que toutes les API quelle que soit leur origine respectent les mêmes politiques de sécurité. L’intervention du département informatique de l’entreprise et particulièrement des équipes Sécurité du SI est donc primordiale pour garantir cette conformité : une autre étude menée récemment montre en effet que jusqu’à 27% des API sont développées sans prise en compte de leur niveau de sécurité.

4 - S’appuyer sur les bonnes technologies

Les hackers exploitent aujourd’hui les technologies d’intelligence artificielle les plus récentes pour planifier et exécuter des attaques contre des API. Or les outils de sécurité que les équipes informatiques utilisent actuellement pour prévenir et détecter ces cyberattaques n’ont qu’une efficacité limitée contre ces nouvelles formes de menace. Les passerelles API, CDNs, web application firewalls et autres outils de sécurité classiques offrent des fonctions de protection traditionnelles qui s’avèrent limitées, et ne peuvent détecter des attaques plus granulaires sur des API menées par des hackers via des cookies volés, ou sous la forme d’attaques DDoS de niveau 7 ou d’exfiltration de données.

Seule une stratégie de sécurité des API basée sur l’intelligence artificielle peut permettre de détecter et de mettre hors d’état de nuire les nouvelles menaces ciblant les API. En effet, en utilisant l’intelligence artificielle, les entreprises peuvent tout à la fois découvrir automatiquement toutes les API actives, établir des modèles pour déterminer si le comportement d’une API est anormal et doit être stoppé, et obtenir des rapports beaucoup plus détaillés sur l’activité des API.

En conclusion, s’appuyer sur une stratégie de sécurité des API qui est simplement un ‘copier-coller’ d’une stratégie classique de sécurité des applications web ne fournira pas une protection adéquate contre les cyber attaques sophistiquées que mènent aujourd’hui les hackers. Les entreprises doivent aller plus loin et mettre en place des mesures qui répondent aux vrais défis de sécurité des API.

Arnaud Gallut
Directeur des Ventes Europe du sud, Ping Identity
API, sécurité
Mots clés Google: 

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Dragon Quest Walk : un Pokémon Go à la sauce Square Enix

Les fans de Dragon Quest seront heureux d’apprendre que Square Enix s’apprête à lancer Dragon Quest Walk sur smartphone et tablette.

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Quels sont les meilleurs plats du restaurant ? Google Maps vous dit tout

Vous avez du mal à vous décider sur le choix du restaurant où aller dîner ce soir ? Google Maps vous aide à faire votre sélection en vous présentant les plats les plus populaires de chaque restaurant.

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

LEGO sort un ensemble d’atterrisseur lunaire Apollo 11

Pour célébrer les 50 ans des premiers pas de l’homme sur la Lune, la NASA et LEGO sortent une nouvelle réplique de l’atterrisseur de la mission Apollo 11.

Publié il y a 3 semaines 1 jour Lire la suite...

Pages