Alder Lake : Intel peut et doit réagir

Finalement, l’annonce d’Apple de migrer les Macintosh sur les processeurs ARM développés en interne, n’a fait qu’enfoncer un coin dans les fondations d’Intel. Le fondeur a subi, ces dernières années, plusieurs revers importants : failles de sécurité dans plusieurs processeurs, processeurs pour les smartphones et tablettes inexistants, vente de la division modem, évolution lente des processeurs, cumul des retards de sortie de nouveaux processeurs, etc. Pis, Intel a eu énormément de mal à proposer une gravure plus fine. La gravure 10 nm a mis longtemps à venir et ne parlons pas du 5 nm. Le problème est là : la gravure 5 nano est désormais un pivot important, comme le prouve Apple.

Si Intel réussit à garder sa place sur les puces serveurs / datacenters, la guerre des processeurs sur les ordinateurs desktop et portables est particulièrement difficile. AMD est une alternative particulièrement agressive et l’arrivée de ARM peut profondément changer le marché, dans les 3-4 ans.

Avec Alder Lake, Intel veut se relancer sur le desktop et les ordinateurs mobiles. Il reprend une architecture hybride : coeurs performances et coeurs plus lents, gravure 10 nano. L’annonce a été faite durant le CES 2021. En tout, Intel a annoncé 50 nouveaux processeurs dont des vPro, Pentium Silver et des Celeron.

La gamme Alder Lake peut être la relance qu’Intel attend. Mais, ces puces ne devraient pas sortir avant le 2e semestre 2021 ! Depuis longtemps, le fondeur joue sur les annonces précoces pour occuper le marché mais nous ne sommes plus dans les années 1990 ou 2000.

Avec cette profusion d’annonces, Intel cherche à se relancer et à prouver qu’il reste un acteur puissant de l’informatique. En même temps, des rumeurs circulent sur le fait qu’Intel pourrait externaliser une partie de la fabrication de processeurs à d’autres fondeurs, tels que TSMC ou Samsung. Reste à voir la véracité de ces rumeurs. Intel possède des usines et maîtrise toute la chaine de fabrication.

Après 40 ans de succès, Intel doit se réinventer, investir de nouveaux marchés, redonner une visibilité aux gammes. Rappelons qu’Intel a connu son premier succès non pas avec les micro-processeurs (à partir de 1971) mais avec les puces mémoires (1969-71).

François Tonic

Catégorie actualité: 
Image actualité AMP: